About me

Conseiller commercial  Damien Ricaut, 41 ans, je vis en Haute-Savoie.

C’est mon précédent job de chef d’agence dans la presse qui a éveillé mon goût pour le développement commercial.

Après un Master (spécialité ingénierie d’affaire) à Grenoble Ecole de Management, obtenu en formation continue en 2012, je me suis consacré à 100% au marketing et à la vente.

Désormais, je suis conseiller commercial pour une grande marque automobile.

Mes 10 commandements pour

une reconversion professionnelle réussie

reconversion professionnelle, nouveau job, conseiller commercial

La reconversion professionnelle doit être un épanouissement, pas une fuite. © Serg Nvns – Fotolia.com

Combien d’entre nous ont envie de changer d’air ? Combien n’ont pas rêvé devant ces témoignages TV où des candidats à une nouvelle vie expliquent, sourire aux lèvres, comment ils ont largué les amarres ? Combien vont le matin au boulot soit avec la boule au ventre, soit en sachant que rien de nouveau les attend ?

Tout ça, je l’ai vécu ! J’ai voulu le changer. En 2010, j’ai quitté mon ancien job pour reprendre mes études.

Je peux dire sans rougir que j’ai réussi ma reconversion professionnelle. De cadre-journaliste dans la presse locale, je suis devenu conseiller commercial en véhicules et financements  au sein du 3e groupe français. Une reconversion à 360° (nouveau job, nouveau secteur, nouveau statut).

Je ne prétendrais jamais que c’était facile. Bien au contraire. Il y a eu des moments de doute, de profonde remise en question. Des moments de déception même quand je me suis retrouvé à triller des cartons dans le grand hall d’une usine alors que six mois auparavant j’étais à la tête d’une équipe et que je détenais mon petit pouvoir. Je n’étais plus rien ! La fierté personnelle en a pris un coup…

Mais sans ce choix assumé et réalisé de changer de cap, je n’en serais pas là. Donc, voici mes quelques conseils, hérités de cinq années de joie, de découvertes, d’embûches et trébuches, et d’accomplissement personnel :

  1. Ta motivation profonde tu sonderas : dans TOUS les cas de reconversion professionnelle que je connais, les candidats ont écouté leur petite voix intérieure, leur instinct, appelez cela comme vous voudrez. En fait, c’est l’expérience de la vie qui fait qu’on sait ce qui est bon pour nous. Rien ne doit vous détourner de la route que vous vous êtes tracée.
  2. L’entourage tu convertiras. Une reconversion (avec ou sans reprise d’études), on ne peut la mener seul. Dans mon cas, ma femme a été compréhensive, et m’a accordé des laps de temps libres pour réviser mes cours de master. Car j’avais les mêmes devoirs à rendre que les jeunes étudiants de Grenoble Ecole de management ! Donc, avant de se lancer, il faut dialoguer avec son (sa) conjoint(e), expliquer ses motivations, anticiper les difficultés pour mieux les surmonter ensemble.
  3. Le deuil de ton ancien job tu feras : il est tentant de se dire « bon, c’est bien beau tout ça, mais ça va me mener où ? Avant, j’avais une bonne place quand même, et en CDI en plus ! » On se dit alors qu’on ferait mieux de retourner dans son cocon rassurant plutôt que de prendre tous ces risques. Tant que vous êtes dans cet état d’esprit, vous ne réussirez pas.
  4. Ton réseau professionnel tu étofferas. Ne jamais rester seul ET soulager l’entourage, c’est également primordial. Il faut pouvoir partager avec ceux qui vivent la même expérience que vous. Pour se rendre compte que d’autres partagent notre histoire.
  5. Les assistants RH tu éviteras. Un dirigeant de cabinet de recrutement suisse me l’a dit entre quatre yeux. JAMAIS des assistants RH ne prendront le risque de recruter un profil atypique ou un candidat qui ne correspond pas parfaitement au cahier des charges. Et c’est compréhensible : ses collaborateurs, toujours selon ce dirigeant, ne veulent pas se faire taper sur les doigts par leur hiérarchie en cas d’erreur. Ma propre expérience me l’a prouvé (j’y reviendrai). TOUS les entretiens que j’ai décrochés, je les ai eus grâce à ma participation à des salons emplois où j’avais directement accès aux responsables RH. Je court-circuitais ainsi le barrage des assistants. AUCUNE de mes candidatures à des annonces d’emploi par le biais d’Internet n’a fonctionné.
  6. Les cadres RH tu cibleras : ce commandement découle du précédent, seuls les cadres ont le pouvoir décisionnel et iront voir plus loin que le simple CV. Ils iront chercher une personnalité et surtout une motivation.
  7. Les cadres opérationnels surtout tu viseras : plus que les cadres RH, ce sont eux qui vous donneront vos véritables chances. C’est le cas pour mon manager actuel, directeur de trois concessions. Je lui suis très reconnaissant de m’avoir accordé sa confiance. Il cherchait un collaborateur accueillant, souriant, fiable, et loyal. En retour, je me suis donné à fond. Mes résultats (62% de financements avec des marges maximales, redressement des ventes de l’affaire) plaident en sa faveur. En même temps, je comprends les recruteurs qui ne veulent pas d’un profil atypique : en temps de crise, il faut être certain qu’on fait le bon choix, car le processus de recrutement est long, coûteux, et monopolise les forces vives.
  8. A toi tu penseras : une telle expérience de reprise d’étude et de nouveau job implique des efforts intellectuels intenses pour quitter sa zone de confort. Le corps et l’esprit doivent se ressourcer pour remettre du carburant dans la machine. Moi, c’était le sport. Je sentais quand je devais aller me défouler. Après l’effort, une bonne douche et j’étais de nouveau disponible. Cet instant doit être votre plaisir égoïste. Expliquez-le à votre conjoint(e).
  9. Les autres tu aideras : nous sollicitons beaucoup nos proches, notre réseau, mais que leur donnons-nous en échange ? Je me suis efforcé de faire plaisir à ma femme, mes enfants, pour les remercier de leur soutien, de leurs mots d’encouragement. Idem pour votre réseau : connectez entre eux ceux qui recherchent un job, soutenez-les, écoutez leur histoire, elle est toujours riche d’enseignements.
  10. Avec un grand esprit tu dialogueras : j’avais toujours une phrase en tête quand je doutais. C’était une citation de William Shakespeare : « I shall be gone and live, Or stay and die« . Je l’avais épinglée dans ma cuisine. Vous aussi : vivez votre instant, ne vous en détournez pas, et soyez maître de votre destin, pour ne rien regretter car la vie est courte.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s